Actualité de la FIVAPE

E-cigarette : l’Agence France-Presse relaie une contre-vérité

C’est avec indignation que la Fivape, Fédération interprofessionnelle de la vape, a découvert la dépêche AFP de ce jour consacrée à la e-cigarette. Relayant une étude japonaise, l’AFP indique, avec d’autres médias, que « les cigarettes électroniques sont parfois plus cancérigènes que le tabac». Problème : c’est tout simplement faux et ne correspond pas aux données publiées dans l’étude citée !

Communiqué de presse

Paris, le 27 novembre 2014

 

C’est avec indignation que la Fivape, Fédération interprofessionnelle de la vape, a découvert la dépêche AFP de ce jour consacrée à la e-cigarette. Relayant une étude japonaise, l’AFP indique, avec d’autres médias, que « les cigarettes électroniques sont parfois plus cancérigènes que le tabac». Problème : c’est tout simplement faux et ne correspond pas aux données publiées dans l’étude citée !
 
Les propos attribués par l’AFP au chercheur Naoki Kunugita, selon lesquels « pour une des marques analysées, l’équipe de recherche a trouvé un niveau de formaldéhyde qui a atteint jusqu’à plus de dix fois celui contenu dans une cigarette traditionnelle», diffèrent de ce qui est écrit dans la publication.
 
De plus, l’étude citée n’analyse en rien les deux principales familles de cancérogènes de la fumée du tabac : les goudrons (dont le benzopyrène) et les nitrosamines, mais une troisième famille de produits irritants et potentiellement cancérogènes, les aldéhydes.
 
Contacté par la Fivape, le Docteur Konstantinos Farsalinos, « rédacteur externe » de l’étude japonaise, déclare que « les niveaux de formaldéhyde présents dans les aérosols de e-cigarette mis en évidence (…) étaient en moyenne de 4,2 microgrammes, avec un plus haut niveau recensé à 35 microgrammes. Sachant que la fumée du tabac peut contenir jusqu’à 200 microgrammes, il est évident que les e-cigarettes exposent leurs utilisateurs à des niveaux de formaldéhyde de 6 à 50 fois plus faibles que ceux présent dans le tabac. [1]»
 
La contre-vérité rapportée par la dépêche AFP, faisant apparaitre la vape comme plus dangereuse que le tabac, ne peut relever que d’une erreur grossière ou d’une volonté de manipulation de la vérité. Cette étude sur des e-cigarettes de première génération et les autres études précédemment publiées ou attendues, ne montrent jamais de caractère plus nocif de la vapeur par rapport à la fumée du tabac. Les cigarettes électroniques utilisées dans des conditions normales n'exposent pas au monoxyde de carbone et ne présentent aucun risque cancérigène.
 
Les produits de la vape dérangent certains intérêts car ils ouvrent une perspective inédite de réduction des risques du tabagisme. A cet égard, les professionnels français de la vape travaillent à la publication de normes XP en janvier prochain, via l’AFNOR et en concertation avec l’ensemble des acteurs concernés (pouvoirs publics, associations de consommateurs, laboratoires). Ces normes visant à assurer la constance de la qualité et de la sécurité des produits de la vape mis sur le marché.
 
Appel à la mobilisation : démontrons le véritable potentiel de la vape !
 
Face aux tentatives de déstabilisation de la vape, la Fivape appelle les vapoteurs, les médias et les scientifiques français à se saisir de manière indépendante du thème de la e-cigarette, à l’image des travaux engagés par des laboratoires et plusieurs universités françaises. Au regard du fléau du tabagisme, alors que des milliers de médecins constatent quotidiennement les bénéfices instantanés de la vape chez les fumeurs, il existe une responsabilité collective à ne pas tricher avec la réalité ! Poursuivons sincèrement l’amélioration des connaissances de cette innovation, convenons aussi ensemble des avantages du vapotage par rapport au tabac, responsable quant à lui du décès de 73 000 Français chaque année.

 

[1] La déclaration complète du Docteur Konstantinos Farsalinos : "All the media reports concerning formaldehyde in e-cigarettes are completely inaccurate. The levels of formaldehyde in e-cigarette aerosol found by the Japanese group were on average 4.2micrograms, with the highest level being 35micrograms. Considering that tobacco cigarette smoke may contain up to 200micrograms, it is obvious that e-cigarettes expose the user to 6-50 times LOWER levels of formaldehyde compared to smoking. Moreover, e-cigarette contains 1000 times less nitrosamines and no aromatic hydrocarbons, which are the most potent carcinogens in tobacco cigarette smoke. We are obliged to provide proper information to smokers, rather than misleading and misinforming them."