UK : dix conseils sur la vape à destination des infirmiers

En janvier dernier, le rapport 2018 de Public Health England recommandait aux professionnels de la santé d’encourager l’utilisation des cigarettes électroniques comme outil de réduction des risques. Il n’aura pas fallu longtemps pour que cette recommandation soit suivie d’effet puisque le site Nursing in Practice vient de publier “Les dix meilleurs conseils sur les e-cigarettes pour le sevrage tabagique afin de prodiguer une information de base aux infirmiers en exercice.

Si les conseils restent minimalistes, voire discutables comme le point 8, l’initiative est à saluer et démontre que les cigarettes électroniques sont décidément de plus en plus considérées comme une aide au sevrage tabagique par les organismes de santé publique britanniques. Voici la traduction de ces dix conseils :

1. Parler positivement des cigarettes électroniques
Il existe de plus en plus de preuves en faveur de l’utilisation des cigarettes électroniques comme une alternative plus sûre au tabagisme1. Autrement dit, passer du tabac à fumer au vapotage peut réduire l’exposition aux produits chimiques toxiques qui peuvent provoquer le cancer chez les fumeurs de cigarettes. Public Health England estime que le vapotage est 95% moins dangereux que le tabagisme, alors n’ayez pas peur de considérer le vapotage comme un substitut viable au tabac pour les fumeurs de longue date2

2. Encourager les cigarettes électroniques dans le cadre d’une tentative d’abandon
Environ 1,5 million de personnes ont cessé d’utiliser des produits du tabac en passant à la vape 3. Mais nous avons souvent des fumeurs qui s’inquiètent d’avoir recours au vapotage. Pour mettre en perspective les risques de vapoter, nous utilisons l’analogie de Leicester GP Dr Paul Danaher : “Le risque de fumer comparé au risque de vapoter est comme un gratte-ciel à côté d’un seuil.”

3. Informer les vapoteurs qu’ils ne sont pas seuls
Beaucoup de fumeurs qui utilisent des cigarettes électroniques dans une tentative d’arrêt du tabac ne se rendent pas compte qu’ils peuvent participer à un programme de sevrage tabagique. En fait, combiner le vapotage avec un programme structuré est l’un des moyens les plus efficaces de se défaire de cette habitude.

4. Trouver la bonne dose de nicotine
Si un fumeur a une habitude sociale de fumer et veut vaper quand, par exemple, il boit, il n’a pas besoin d’un niveau élevé de nicotine. Conseillez-leur de demander à un magasin de vape réputé un e-liquide avec une teneur en nicotine similaire à leur consommation actuelle.

5. Informer que l’inhalation d’une cigarette électronique est différente de celle qui consiste à «faire glisser» une cigarette
La bonne technique pour inhaler la vapeur d’une cigarette électronique diffère d’un appareil à l’autre et sera différente de celle du tabac à fumer. Les nouveaux vapoteurs devront expérimenter et apprendre comment utiliser leur appareil efficacement. Par exemple, certains appareils nécessitent des “dragages” plus longs et d’autres nécessitent des “bouffées courtes et pointues”.

6. Champion de la réduction des risques
Si l’objectif initial d’un fumeur est de réduire sa consommation, informez-le que la cigarette électronique et le tabac peuvent être utilisés comme méthode de réduction des risques. En vous référant à la troisième astuce, dites-leur qu’à l’aide d’un programme d’abandon du tabagisme, un plan de réduction des risques peut être mis en place.

7. Approuver le vapotage et la thérapie de remplacement de la nicotine (TRN)
La combinaison d’une cigarette électronique avec un patch de nicotine est une solution appropriée pour arrêter de fumer et qui gagne en popularité.

8. Conseiller d’utiliser une e-cigarette pour une durée maximale de trois mois
La v
ape est un outil de transition à la cessation et non un outil permanent. Cependant, il n’est pas nécessaire de presser un vapoteur d’arrêter la vape dans les trois premiers mois de l’arrêt. Un ex-fumeur est plus susceptible de rechuter au cours des trois premiers mois de son arrêt, donc l’encourager à arrêter de vapoter pendant cette période pourrait entraîner une rechute 4.

9. Recommander la vape pour l’abstinence forcée
Il existe de nombreux scénarios où la vape peut soutenir un besoin temporaire d’arrêter de fumer. Pendant une grossesse et avant une opération sont deux moments d’urgence où nous recommandons de vaper pour supprimer l’usage du tabac.

10. Avertir de la quantité d’options d’e-cigarette sur le marché
Il est probable qu’un fumeur s’en est toujours tenu à la même marque de cigarettes. Confronté à la variété de produits du vapotage, il doit faire un choix de matériel et d’e-liquide et peut se décourager. Pour l’aider à faire un choix éclairé, une boutique spécialisée réputée permettra à un client d’essayer une gamme de dispositifs et de saveurs, ainsi que d’obtenir des réponses à ses questions.

 

 

Sources utilisées par l’auteur, Kevin Kennie, infirmier spécialisé dans le sevrage tabagique à l’Hôpital de Chelsea et Westminster :

  1. Shahab L, Goniewicz ML, Blount B, et al. Nicotine, Carcinogen, and Toxin Exposure in Long-Term E-Cigarette and Nicotine Replacement Therapy Users: A Cross-sectional Study. Ann Intern Med 2017;166:390-400
  2. McNeill A, Brose LS, Calder R, et al. Evidence review of e-cigarettes and heated tobacco products 2018. London;Public Health England:2018
  3. Smokefree – E-cigarettes. London;NHS:2017
  4. Rademacher L, Prinz S, Winz O, et al. Effects of Smoking Cessation on Presynaptic Dopamine Function of Addicted Male Smokers. Biological Psychiatry 2016;80:198-206

 

Magali EGLER - Chargée de communication, le 18 avril 2018
Praesent ut Aliquam facilisis eget in lectus vel,